top of page
  • Photo du rédacteurMonique Stenger

Mon fil rouge professionnel, l’accompagnement et la relation d’aide

LA FORMATION : aider à apprendre

En préalable au face-à-face pédagogique, le formateur sélectionne les informations à transmettre puis structure les différentes séquences d’apprentissage.

Ensuite vient le temps de l’animation face au groupe, avec la mise en œuvre de situations pédagogiques en vue de favoriser les apprentissages ; mais surtout c’est le moment de créer une relation, à partir de laquelle vont pouvoir être assemblées les différentes briques de connaissances, savoir, savoir-faire et savoir-être.

Je vois la formation comme les fondations des futures compétences et c’est tout naturellement qu’après quelques années, je me suis intéressée aux activités de conseil.

« Nous avons une raison de vivre, apprendre, découvrir, être libre ». Richard Bach

LE CONSEIL : dire ce qu’il faut faire et comment le faire

L’objet du conseil est de faire bénéficier à un individu de l’expertise du consultant, issue elle-même bien souvent de l’expérience des autres. C’est une technique éprouvée dans bien des domaines : insertion à l’emploi, marketing, communication, développement d’activités, gestion ; l’objectif principal étant d’améliorer la performance. Toutefois, les résultats ne sont pas toujours au rendez-vous, car comme le disait L.F.D. Céline « L’expérience est une lanterne qui n’éclaire que celui qui la porte ». À la suite de cette prise de conscience, j’ai décidé de me former au coaching.

« Conseiller c’est presque aider. » Plaute

LE COACHING : aider l’autre à faire tout seul

La posture du coach s’apparente à celle d’un guide qui ne se positionne ni devant ni derrière, mais juste à côté de la personne qu’il accompagne. Le coach aide son client à mieux comprendre ce qui lui arrive et l’amène progressivement à agir en conscience face à une problématique afin de la résoudre. Le travail d’exploration de la problématique et de la définition du ou des objectifs de changement sont réalisés au travers d’échanges empreints de bienveillance et de non-jugement et peuvent parfois être suffisants pour éclairer le client dans la résolution de son problème. Toutefois, il peut aussi être nécessaire de poursuivre l’accompagnement pour permettre au coaché d’identifier ses ressources : forces et valeurs qui, tels des leviers, l’aideront dans l’atteinte de ses objectifs. En parallèle, certaines croyances, qui l’empêchent de passer à l’action comme il en aurait envie, auront besoin d’être flexibilisées.

Le champ d’intervention est large : vie professionnelle, vie personnelle, voire ménager un équilibre entre les deux, résoudre un problème, prendre une décision, améliorer une relation, changer une habitude, définir un projet professionnel, faire aboutir un projet…

Le coaching est approprié pour des problématiques ponctuelles, conjoncturelles qui ne nécessitent pas d’aborder le problème de manière approfondie. C’est un processus à court terme, idéalement axé sur un problème à la fois.

« Dis-moi et j’oublierai ; Montre-moi et je m’en souviendrai peut-être ; Fais-moi participer et je comprendrais ». Confucius

LA PSYCHOTHÉRAPIE : aider au mieux-être

Dans le cadre d’une prise en charge qui peut s’inscrire dans la durée (de quelques mois à plusieurs années au rythme de deux à quatre séances par mois), le « thérapeute » va, à la demande de son client, l’aider à découvrir le fondement du problème afin de le résoudre.

Selon la nature de la problématique, le travail se fera à différents niveaux : en premier, permettre au client d’avoir une vision claire de comment il s’est construit. Ensuite, l’amener à développer sa conscience de soi en lui donnant l’occasion d’identifier ses modes d’entrée en relation avec autrui et de les modifier s’il en a l’envie. Enfin, une étape supplémentaire peut être nécessaire afin de réaliser un changement plus approfondi, qui visera à modifier des décisions prises dans l’enfance, voire la toute petite enfance. Décisions qui, quoique salutaires auparavant, sont désormais inadaptées et ont des conséquences sur sa santé psychique et des répercussions sur sa vie en général.

La psychothérapie est une démarche qui, selon les cas, aide à « se guérir », « se grandir », gagner en confort de vie en mettant de la distance avec des pensées, des émotions, ou des comportements dysfonctionnels qui ont des conséquences néfastes sur le bien-être, la santé (physique et mentale) et la manière d’interagir avec son environnement.

Chacun de nous (sauf dans le cas de certaines déficiences) possède les ressources nécessaires pour vivre bien, mais nous ne sommes pas tous égaux dans la capacité à savoir les identifier, à pouvoir les développer, d’où le besoin pour certains d’être accompagnés afin de réussir à vivre en harmonie avec nous-mêmes, les autres et le reste du monde.

« Le curieux paradoxe, c’est que quand je m’accepte tel que je suis, je peux changer. » Carl Rogers.

Aider est un métier qui s’apprend ; avoir l’envie de partager sa propre expérience, ses connaissances ou d’apporter son soutien ne suffit pas, il est important de savoir pourquoi on le fait, ce que cela nous coûte et ce qu’on y gagne. Bien se connaître est donc indispensable et c’est pour cela que je poursuis un suivi thérapeutique, que j’adhère à un groupe de supervision et que je continue à me former afin de pouvoir accompagner mes clients de la façon la mieux adaptée à leurs attentes.

Posts récents

Voir tout
bottom of page